Le Bureau des affaires agricoles, en collaboration avec l’Alaska Seafood Marketing Institute (ASMI) et Foodexport USA Northeast, organise un événement afin de promouvoir l’image des produits de la mer des États-Unis en France. ASMI est un collaborateur dans le programme de promotion du marché USDA, et FoodexportUSA Northeast est une association commerciale régionale de l’État qui a pour ambition de promouvoir les produits d’origines agricoles et alimentaires.

L’événement promotionnel présente les produits de la mer des États-Unis à un public ciblé, y compris des chefs de restaurants étoilés Michelin, l’industrie des fruits de mer et des journalistes culinaires.

En 2016, les importations des produits de la mer des États-Unis vers la France ont augmenté de 4 pour cent avec une valeur de 223 millions de dollars. La France est un importateur net de produits de la mer car sa production ne représente que vingt pour cent de la demande totale des consommateurs français. Au cours des dernières années, la consommation de produits de la mer par habitant a augmenté, représentant actuellement environ 36 kilogrammes par an, dont 68 pour cent de poissons et 32 pour cent de mollusques et crustacés. En 2016, les États-Unis étaient le cinquième plus grand fournisseur français de produits de la mer en volume et en valeur, après la Norvège, l’Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Chine. Les produits de la mer des États-Unis exportés vers la France se composaient principalement de lieu noir congelé, de morue et de saumon, de homards vivants, de raies congelées, de roussettes et de coquilles Saint-Jacques.

 

 

Le chef deux étoiles
Jerôme Banctel,
le restaurant La Réserve, Paris

Passion et rigueur sont sans aucun doute les sources du succès du Chef Jérôme Banctel. Breton formé aux côtés des plus grands, notamment Alain Senderens chez Lucas Carton, il est passé par les cuisines de très belles tables de France et d’ailleurs, l’Hôtel de Crillon et L’Ambroisie par exemple. Ses voyages au Japon l’ont fortement influencé. Partout, il a peaufiné sa maîtrise de la cuisine française de tradition. Exigeant sur le produit, minutieux sur les cuissons, il défend la saveur authentique avant tout. La Réserve Paris et son restaurant Le Gabriel, orchestrés par Jérôme Banctel, sont fiers de s’inscrire au rang des deux étoiles, tout juste un an après leur ouverture.

 

Chef d’une étoile
Julien Marseault,
restaurant Château de Sable, Bretagne

Jeune trentenaire breton, amoureux de sa terre et de ses produits, a les yeux qui pétillent à l’idée de revisiter ses grands classiques. Un brin voyageur, il a exercé dans de nombreuses cuisines prestigieuses, la Corse lui a même fait décrocher sa première étoile. Il pose aujourd’hui son savoir-faire au Château de Sable pour vous faire aimer une cuisine authentique. Pour lui la réussite d’un plat, c’est avant tout : « La simplicité, le choix du produit, la cuisson, l’assaisonnement », des valeurs qui lui valent une nouvelle étoile en 2016 au Château de Sable.

 

Chef,
Stéphane Pitré,
restaurant Louis, Paris

Dès l’âge de 22 ans, il décide de quitter ses terres bretonnes pour Londres. Il rejoint l’Estaminet, restaurant bourgeois de Covent Garden puis la Martinique pour tâter un peu d’exotisme. Par la suite, Stéphane travaille au Ritz sous les ordres de John Williams où il grimpe dans l’échelle de la hiérarchie du dur métier comme junior sous-chef! En 2005 Stéphane rentre au pays et à Paris, première place de chef au restaurant Chez Cécile et première distinction d’un bib gourmand au guide Michelin. En 2008 il est au côté d’Alain Senderens, grand chef de la place de la Madeleine 2 étoiles au guide Michelin, sous-chef de Jérôme Banctel. En 2011, il est aux commandes des cuisines du luxueux hôtel Le Métropolitan, il y répète ses gammes avec justesse. Aujourd’hui l’ancre est lancée dans son propre restaurant Louis, la carte qu’il a créée reflète toute sa sensibilité et sa créativité qu’il mêle à ses racines, d’une cuisine française haute en couleur à l’épure japonaise. Il travaille avec netteté et justesse, rien de plus ni de moins…

 

Chef,
Raphael Rego,
restaurant Maloka, Paris

Agé de 32 ans, il est né à Rio de Janeiro. Après des études de marketing au Brésil, il vient en France pour changer de vie. Il découvre la cuisine en Australie, à Sydney, à 23 ans. Il y travaille dans différents restaurants, notamment le Catalina Rose Bay et l’Opéra House. C’est décidé : il va se consacrer à la cuisine. Il s’installe alors à Paris et s’inscrit à l’Ecole française de gastronomie Ferrandi. Diplômé, il poursuit ses expériences chez les plus grands Chefs. Il ouvre son premier restaurant, dans le 9ème arrondissement en mars 2014, qu’il transforme en un bistrot brésilien Maloka Alma Brasileira puis en Février 2017 Maloka Fogo e Brasa et enfin son restaurant gastronomique franco-brésilien Oka en mars 2017.

 

Chef pâtissier,
Jonathan Blot,
Acide, Paris

Chef pâtissier de la nouvelle génération. Artiste dans l’âme, il aime donner de la couleur, du peps à ses créations et faire découvrir des produits venus d’ailleurs. Jonathan Blot secoue l’univers de la pâtisserie : le juste équilibre entre sucré et acidulé.

 

Sophie Fernandez,
MOF
Poissonnier-Ecailler 2015

A seulement 27 ans, Sophie Fernandez, jeune et dynamique responsable d’une poissonnerie à Gaillac, s’est hissée au rang des Meilleurs Ouvriers de France. Le parcours de Sophie est pourtant assez atypique : « Je suis titulaire d’un BTS de communication visuelle, puis mes parents m’ont proposé de m’occuper de la partie traiteur de leur poissonnerie. Quand ils ont repris une autre boutique, j’en suis devenue responsable ». Quelque temps plus tard, elle décide de s’inscrire au concours national : « J’ai voulu savoir où j’en étais dans le métier » dit-elle.

 

Jonathan Buirette,
MOF
Poissonnier-Ecailler 2015

Jonathan Buirette (30 ans) a fait toute sa scolarité à Nîmes. A 19 ans, il trouve un job d’été à Paris dans une poissonnerie, Crusta Poissons, et c’est le coup de foudre pour le métier et les produits. Il y reste quatre ans et fin 2008, il se met à son compte, associé à Ingrid Cano, une excellente professionnelle depuis vingt ans dans le métier… En 2013 Jonathan Buirette s’inscrit au concours MOF poissonnier-écailler et, poussé par une volonté farouche de réussir, il décroche le titre en 2015. Il est membre de la Confédération des poissonniers d’Ile-de-France et du groupement « Poissonnier Corail ».

id, Aenean leo mattis sit ipsum diam commodo ut Aliquam